Ce qu’il faut (absolument) savoir sur les alternatives au cuir animal

C’est vrai que le cuir c’est joli, stylé et durable. Utilisé depuis des milliers d’années, accessoire indispensable des rockers et des motards, solide résistant, chaud… Le cuir a des avantages indéniables pour expliquer son succès.

Mais, au 21e siècle, est-ce qu’il n’existe pas de meilleures options que le cuir animal ?

Bien sûr que si !

Cela s’appelle peut-être « faux » cuir, et il existe encore des personnes pour se moquer, mais les alternatives sont nombreuses, et de superbe qualité. Voici un tour d’horizon des possibilités qui sont offertes à ceux qui aiment le cuir, mais s’intéressent un peu à l’écologie et à la cruauté envers les animaux.

Qu’est-ce que le « vrai » cuir ?

C’est toujours bon de rappeler d’où provient le vrai cuir, car ce n’est pas toujours évident pour tout le monde. Et il est vrai que les fabricants ne s’en vantent pas vraiment.

Le cuir, c’est la peau d’un animal, qui a été traitée industriellement pour obtenir un aspect souple et durable, et devenir imputrescible. Quels sont les animaux utilisés ? Un peu tous…

On trouve du cuir de vache, de cheval, d’âne, de chèvre, de mouton, de cochon… Tous les animaux de la ferme y passent, mais aussi les animaux sauvages : cerf, sanglier, biche, daim… Bien sûr, il existe les cuirs plus exotiques, faits en peau de crocodile, de lézard, de serpent, d’autruches… Ou bien encore les cuirs obtenus à partir de la peau de poisson !

Si vous faites partie de ceux qui ne jurent que par le vrai cuir et s’indignent de voir des gens qui portent de la fourrure, pensez-y à deux fois avant de vous jeter sur du « vrai » cuir animal.

Comment est fabriqué le cuir animal ?

Une fois la peau de l’animal enlevée, il y a encore un long processus industriel afin de pouvoir obtenir du cuir. Sans rentrer dans les détails, les étapes sont le salage, le trempage, le tannage, le corroyage et enfin la finition.

Chacune de ces actions nécessite une quantité importante d’eau, mais aussi de divers produits chimiques. Vous l’aurez compris, le travail du cuir, ce n’est pas foncièrement très écolo !

Pourquoi choisir un cuir non animal ?

Comme vu dans les paragraphes précédents, le cuir provient de la mise à mort d’un animal, et nécessite un processus industriel aux conséquences lourdes pour l’environnement. Porter une veste en « vrai » cuir animal, et se prétendre concerné par l’environnement, c’est un peu hypocrite…

Doit-on renoncer au confort du cuir pour autant ?

Bien sûr que non !

Il suffit de s’intéresser aux nombreuses alternatives qui existent aujourd’hui. Celles-ci ont aussi droit à l’appellation cuir, et offrent une qualité souvent supérieure.

Les alternatives au cuir qui déçoivent un peu

Avant de passer aux « vraies » alternatives écologiques et responsables au cuir animal, il semble intéressant d’aborder deux cuirs, très connus, qui n’ont malheureusement fait que la moitié du chemin vers le développement durable et la transition écologique.

Le cuir synthétique

Ce cuir est apparu dès le 19e siècle, et a connu un succès grandissant à partir de la Seconde Guerre Mondiale. C’est d’ailleurs à ce cuir artificiel que tout le monde pense en parlant de « faux » cuir, ou similicuir. Le « skaï », ça vous dit quelque chose ? C’est du cuir synthétique.

Les compositions varient, mais le principe est toujours le même : c’est un cuir fait à partir de plastique.

L’avantage ? Plus besoin de sacrifier un animal pour avoir une ceinture à la mode.

L’inconvénient ? On se noie déjà sous le plastique, et c’est un déchet non biodégradable de plus pour notre environnement.

Le cuir à tannage végétal

Souvent présenté comme un « cuir végétal », ce cuir est bel et bien d’origine animale. Il s’agit ici encore de la peau d’un animal, mais le tannage est ici réalisé à l’aide d’agents d’origine végétale plutôt que minérale ou chimique. L’impact sur l’environnement est bien moindre, mais c’est un travail bien plus long et difficile qui fait que le produit final est bien plus cher.

L’avantage ? L’impact sur l’environnement est bien moindre.

L’inconvénient ? Encore une fois, un animal doit trouver la mort pour se transformer en siège de voiture…

Lire aussi : Pourquoi et comment le Portugal est devenu le pays incontournable des produits en liège ?

Les meilleures alternatives au cuir animal

Heureusement, le marché regorge aujourd’hui d’options pour remplacer le cuir animal qui pensent à la fois à l’impact sur l’environnement, mais aussi aux conditions de vie des animaux (cela peut être étrange de séparer les deux, mais si vous avez lu le paragraphe précédent, vous comprenez ce que je veux dire !)

Ces alternatives sont extrêmement nombreuses, et il en apparait régulièrement de nouvelles. La liste qui suit ne prétend donc pas être exhaustive, mais elle regroupe les 20 cuirs d’origine non animale les plus courants en 2020.

1.      Le cuir de thé, ou Teather

Ce cuir a été développé dans une université américaine et est un exemple de développement durable. Produit à partir de feuilles de thé vert fermentées inutilisables, il est ensuite entièrement biodégradable.

Ceci ne veut en aucun cas dire qu’il ne dure pas. Bien entretenu, il tient aussi longtemps que le cuir animal ! Certaines grandes marques l’utilisent déjà.

2.      Le cuir de champignon, ou Muskin

Ce cuir d’origine italienne a déjà conquis de grands noms de la mode, qui l’utilise dans leurs dernières collections. Produit à partir d’un champignon non comestible, il est difficilement différenciable du cuir animal pour un non expert, et offre un toucher semblable au daim, ou suède.

3.      Le cuir de liège

Le liège, ce matériau miracle favori des personnes éco responsables, sert aussi à fabriquer un cuir d’origine végétale léger, résistant, imperméable, et à l’aspect inimitable. Il est connu depuis longtemps, et s’il est encore rarement utilisé pour la conception de vêtements, on le retrouve souvent en ceinture, portefeuille, sacs à main et chaussures, comme par exemple chez Louboutin.

4.      Le cuir d’ananas, ou Pinatex

Pinatex est bel et bien une marque, déposée par les créateurs de ce cuir végétal fait à partir de feuilles d’ananas et de déchets du fruit. Au lieu de jeter ce que l’on ne mange pas, autant en faire un cuir souple, doux et durable !

Ce matériau est déjà largement utilisé dans l’industrie de la mode, notamment par Hugo Boss.

5.      Le cuir de soja

Pour la petite histoire, ce cuir fabriqué entièrement à partir de soja a été créé par un laboratoire indonésien entièrement constitué de femmes (XXLab, pour ceux qui sont curieux). Encore une fois, l’idée est de recycler les déchets alimentaires. Le cuir de soja est produit à partir du liquide qui reste après la fabrication du tofu. Au lieu de le jeter à la rivière et de polluer les eaux, autant le mélanger avec du vinaigre et les bonnes bactéries, pour obtenir un cuir souple, parfait pour fabriquer chaussures et sacs à main.

6.      Le cuir bio Zoa

Un cuir totalement novateur, réalisé à partir de matériaux bios, sans aucun produit chimique ni, bien évidemment, produit d’origine animale. Pourquoi est-il révolutionnaire ? Car il peut prendre la forme et la texture que l’on souhaite, et se combine avec d’autres tissus sans coutures. Les possibilités de ce cuir conçu grâce au collagène récupéré d’une levure sont bluffantes.

7.      Le cuir de papier Cartina

Il existe aujourd’hui plusieurs cuirs fabriqués à base de papier, mais l’entreprise toscane Cartina est de loin la plus connue. Ce cuir écologique et végan est utilisé dans l’industrie de la mode (Bottega Veneta, Ilvy Jacobs), et a déjà remporté un prix en Allemagne célébrant son design, catégorie mode végan.

8.      Le cuir de caoutchouc

Cela fait un moment que les artistes des rues ont compris que les vieux pneus de voiture peuvent avoir un avenir plus intéressant que celui d’abîmer le paysage et polluer l’air et les rivières… Certains industriels l’ont aussi (enfin !) compris, et se sont mis à fabriquer un cuir dense et résistant, au grain très fin et à l’aspect mat qui séduit.

9.      Le cuir de coton ciré

Le coton (qui doit être organique et éco responsable, sinon c’est faire un pas en avant pour en faire deux en arrière) peut être ciré pour donner un matériau résistant, imperméable et extraordinairement souple. Marc Jacobs, entre autres, l’utilise déjà pour ses jeans.

10.  Le cuir minéral Coolstone

Ce cuir très récent est réalisé à partir d’ardoise, ce qui lui donne un aspect gris superbe, et une texture incomparable. En vieillissant, il prend un aspect de vieille pierre qui le rend encore plus impressionnant. Il est déjà utilisé pour des sacoches, et semble promis à un avenir radieux.

11.  Le cuir de bois

Un peu comme le cuir de liège, le cuir de bois est fabriqué grâce à l’écorce d’un arbre. Extrêmement solide, et présentant l’avantage d’offrir un aspect toujours différent qui fait que chaque pièce est unique, il a déjà conquis Dolce & Gabanna, qui l’utilise dans sa collection.

12.  Le cuir de noix de coco

De même que de nombreux autres cuirs fabriqués à partir d’une plante comestible, le cuir de noix de coco provient des déchets alimentaires. Le résultat, parfois appelé Cuir Malai en hommage à la région du nord de l’Inde dont il provient, est un matériau résistant, à la texture et à l’aspect uniques.

13.  Le cuir de pomme

Cela fait déjà plusieurs années que les fruits tropicaux sont utilisés pour la conception de textiles, mais, pour des raisons techniques, rien n’était fait avec la pomme que l’on peut trouver de partout sous nos latitudes. Ce n’est plus le cas, et des créateurs comme Happy Génie ou Veggani nous offrent des sacs à main conçus en cuir de pomme.

14.  Le cuir d’agave, ou Hana

Le cuir d’Agave nous vient du Sri Lanka, où des artisans tissent un cuir à partir des fibres résistantes de cette plante. Le résultat est superbe, et est utilisé en majorité pour la fabrication de portefeuilles, sacs à main et sacoches d’ordinateurs.

15.  Le cuir de feuilles

Du cuir avec des feuilles ? Quelles feuilles ? N’importe lesquelles, tant qu’elles sont suffisamment grandes. Ce cuir de feuilles est souvent réalisé à partir de feuilles de bananier, de palmier, ou de lotus. Le résultat est incroyablement léger et le design est original et naturel.

16.  Le cuir de café

Ce cuir est encore assez rare, mais a tout pour séduire. Combinant les avantages du liège avec la texture veloutée du daim, avec une couleur « caffe latte », il est actuellement utilisé pour la fabrication de chaussures.

17.  Le cuir de raisin, ou Wine Leather

Encore un cuir végétal réalisé grâce à des déchets alimentaires… Mais ici, il s’agit des restes de la production de vin, raison pour laquelle ce cuir est souvent vendu comme Wine Leather, ou « cuir de vin ». C’est un abus de langage, car il est en réalité fait avec les peaux et pépins qui restent après le pressage. Ce cuir, aux couleurs rouges ou mauves, devrait bientôt être produit à grande échelle, sous l’impulsion de H&M.

18.  Le cuir de maïs

Ce cuir végétal, fabriqué à partir des épis de maïs, est tressé de telle manière qu’il est à la fois léger, résistant et doux au toucher. Il sert principalement dans la fabrication de chaussures et de ceintures.

19.  Le cuir de céréales

Que faire avec tous les restes de céréales qui ne sont pas consommés ? Un cuir résistant et durable, pardi ! En Italie, où l’industrie des alternatives au cuir animal est très active, on l’utilise déjà pour la fabrication de chaussures.

20.  Le cuir de chanvre

Le chanvre est utilisé depuis des siècles pour la fabrication de textiles. Le débat sur ses avantages par rapport au coton dure depuis des années et nous n’allons pas nous y mêler, mais il y a un point sur lequel tout le monde s’entend : sa culture est bien plus écologique que celle du coton. Certains créateurs utilisent du cuir de chanvre pour fabriquer des vêtements et des sacs.

Conclusion

Il faut bien dire ce qu’il est, à l’heure où l’écologie et la protection de l’environnement sont plus importantes que jamais, le « vrai » cuir animal n’a plus vraiment sa place dans notre garde-robe… Cela ne veut évidemment pas dire qu’il faut jeter ses vieilles santiags, juste qu’il serait bon de penser aux différentes alternatives à l’heure d’acheter un nouveau portefeuille ou sac à main !

Nous avons de la chance, aujourd’hui les options sont nombreuses, et chacune a de nombreux arguments à faire valoir. Stylistes reconnus, grandes enseignes, ou petites entreprises innovantes, tous ont compris que l’avenir appartient aux différentes alternatives au cuir animal.

Comme vous l’avez compris, c’est le pour le liège que nous vibrons, mais nous saluons tous les artisans et entreprises qui produisent des alternatives au cuir animal. Quelle est votre alterniative préférée ? Et si vous en connaissez une autre, n’hésitez pas à la partager avec nous !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.