Pourquoi et comment le Portugal est devenu le pays incontournable des produits en liège ?

Cela peut en surprendre quelques-uns, mais le Portugal est de loin le leader mondial quand il est question de produits en liège. Le seul autre pays qui apparait dans le rétroviseur est l’Espagne, qui est un aussi un pays important lorsque l’on parle de liège.

Mais en dehors de ces pays, c’est à peu près le désert…

Alors, pourquoi la péninsule ibérique — et en particulier le Portugal, qui pourtant est loin d’être un grand pays par sa superficie — est un pays incontournable pour le liège ?

C’est grâce à une particularité géographique, et à une longue tradition d’industrie du liège. Si vous souhaitez tout savoir sur l’histoire du liège au Portugal, lisez les lignes qui suivent.

Le chêne-liège, cet arbre merveilleux

Il est bon de rappeler que le liège est un produit naturel, issu de l’arbre qui s’appelle le chêne-liège.

Le liège que nous utilisons est l’écorce de cet arbre, qui est récupérée tous les 9 ans une fois que l’arbre a atteint 25 ans. Le chêne-liège n’est donc pas coupé, et la récolte est faite de manière douce pour que l’arbre ne soit pas affecté et puisse se régénérer (un chêne-liège vit environ 250 – 300 ans). C’est donc un produit écoresponsable, qui n’a pas d’impact négatif sur l’environnement.

Le chêne-liège n’est pas spécialement rare, mais il a besoin de conditions bien spécifiques pour pousser. Les climats de l’ouest de la méditerranée sont les plus appropriés, et on le retrouve dans le sud-ouest de l’Europe, ainsi qu’au nord-ouest de l’Afrique.

Des plus de 2 millions d’hectares de forêt de chêne liège de par le monde, un tiers se situe au Portugal, et un quart en Espagne, le reste se trouvant principalement au Maroc, en Algérie, en Tunisie, et en France.

C’est donc sans surprise que la moitié de la production mondiale de liège (soit 100 000 tonnes) vient du Portugal ! L’Espagne représente un tiers de cette production (environ 60 000 tonnes), tandis que les autres pays se partagent les miettes.

L’histoire du liège au Portugal

On a retrouvé des exemples d’usage du liège chez les anciens Égyptiens, mais aussi à Babylone et en Perse, ce qui démontre que les propriétés de ce matériau sont connues depuis plus de 5000 ans.

Au Portugal, les premières lois protégeant les forêts de chêne-liège datent de 1209, et l’on sait que déjà à l’époque le liège était utilisé pour sa légèreté et ses propriétés isolantes. 

Au 16e siècle, le liège fut utilisé comme matériel de construction au Portugal, notamment au Convento Dos Capuchos, à Sintra, où il recouvre les fenêtres, portes et toits afin de protéger les moines du climat humide et froid de la région. Un autre exemple bien connu de l’utilisation du liège à cette époque est le Convento de Cristo, à Tomar (un site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO) où les fresques nous rappellent que le liège était nécessaire à la fabrication des caravelles.

Il est fort à parier que sans les lièges, les célèbres explorateurs portugais ou espagnols de l’époque n’auraient pu naviguer aussi loin et découvrir autant de territoires.

Au 17e siècle, les Portugais utilisaient déjà les bouchons de liège pour clore hermétiquement les bouteilles de vin, tandis qu’en France on utilisait encore du tissu imbibé d’huile et scellé à la cire. Tout changea à partir des années 1700, et le liège portugais allait devenir un produit hautement recherché.

Le bouchon en liège, un objet révolutionnaire

Au 21e siècle, environ 80 % des plus de 20 millions de bouteilles de vin produites annuellement sont fermées à l’aide d’un bouchon en liège. Des alternatives existent depuis des années, allant du bouchon vissable ou bouchon plastique, mais le liège reste, de loin, la solution préférée des vignerons, et des amateurs de vin.

Près des ¾ de la production mondiale de liège est dirigée à la fabrication de ces bouchons de bouteille. La grande majorité des objets en liège (tapis de yoga, planche de surf, tapis de souris…) sont en réalité fabriqués à partir de bouchons de liège recyclés. Le reste de la production est souvent destiné à l’artisanat local (sacs à main, portefeuilles…), mais aussi à la construction (isolant, dalles de plancher…).

Lire aussi : Quelle est la durabilité d’un produit fabriqué en liège ?

Les différentes qualités de liège

Il existe trois grandes catégories de qualité pour le liège, que nous appellerons premium, standard et reconstitué.

Le liège premium

Il est réalisé à partir d’une écorce suffisamment épaisse, n’ayant aucun trou, et dans lequel le bouchon peut être découpé directement. Ce liège est utilisé en grande majorité pour l’industrie du vin, et ce sont les bouchons de meilleure qualité, que l’on retrouve sur les bouteilles les plus reconnues. Il sert aussi dans l’artisanat, lorsque son épaisseur n’est pas suffisante pour devenir un bouchon, mais parfaite pour être transformée en portefeuilles, par exemple.

Le liège standard 

Il s’agit d’une écorce ayant des trous, des coupures… qui ont besoin d’être rebouchées à l’aide de colle et de « poudre de liège » dans des quantités plus ou moins grandes. Ce liège est lui aussi souvent destiné à l’industrie vinicole, mais pour des vins de moindre qualité (vous savez, les bouchons qui cassent quand on ouvre la bouteille). Il sert aussi à la confection d’objets en liège qui n’ont pas besoin d’une résistance et d’une imperméabilité exceptionnelle.

Le liège reconstitué

Il s’obtient en compressant tous les restes de liège, avec de la colle. C’est le même principe que pour le liège recyclé. Il est destiné surtout à la construction (dalles isolantes et autres), mais aussi à la fabrication de nombreux objets en liège : tapis, sacs, planche…

Le Portugal, un pays où le liège fait partie de la tradition

Une boutique spécialisée dans la confection de produits en liège de haute qualité au Portugal

Les Portugais ont bien compris l’importance du chêne-liège, et c’est un arbre incroyablement respecté chez eux. Il est intéressant de voir que la coupe d’un tel arbre demande un permis spécial du ministère de l’Agriculture, qui vérifie que l’arbre est effectivement en fin de vie avant d’autoriser la taille.

Couper un chêne-liège au Portugal est absolument illégal, et passible de graves sanctions.

Si vous avez déjà voyagé au Portugal, et en particulier dans la région de l’Alentejo, vous avez sûrement remarqué les nombreux magasins artisanaux proposant des objets en liège. Et vous avez sans doute noté qu’ils ne sont pas faits que pour les touristes : les locaux arborent eux aussi de nombreux objets en liège !

Les Portugais ont réalisé bien avant les Français que le liège était parfait pour conserver le vin… Il semblerait bien qu’ils se soient aussi rendu compte avant tout le monde que le liège est un matériau écolo et extrêmement utile à l’heure de s’habiller !

Quand on parle de liège, le Portugal a toujours une longueur d’avance…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.